Editorial -

Géante Rouge 24

Géante Rouge 24

Patrice Lajoye

C’EST LA FIN. Pas de Géante Rouge, bien sûr, mais de mon travail à la tête de cette revue, six ans après que Pierre Gévart m’en ait confié les rênes.

Je l’ai rappelé quasiment chaque année : Géante Rouge, dont l’objectif est de permettre à de nouveaux auteurs de s’exprimer, est entièrement fait par des amateurs, sur leur temps libre. Et il se trouve que mon propre temps de loisirs se restraint de plus en plus. C’est avec beaucoup de regrets que je quitte donc après ce numéro mes fonctions de rédacteur en chef, tout en restant membre du jury du Prix Alain Le Bussy. Qu’on se rassure, Géante Rouge ne s’arrête pas pour autant.

Le présent numéro, quant à lui, est conforme à ce qui avait été annoncé l’an dernier, à savoir que la majeure partie des textes inclus à ce sommaire a été sélectionnée dans le cadre du Prix Le Bussy, soit qu’ils aient été retenus par le jury lui-même, soit que je les ai repérés parmi les textes restant. Certains des auteurs n’avaient encore jamais rien publié, d’autres ont pu faire leurs premières armes dans le cadre du Prix Pépins. Une poignée seulement ont déjà une ou deux publications à leur actif. Une fois encore, donc, Géante Rouge a rempli son rôle.

Alors que le n° 23 avait failli à ce sujet, ce n° 24 voit aussi le retour du dossier. Un dossier consacré à l’auteur québécois Martin Lessard, qui vient tout juste de publier chez Ad Astra un nouveau roman, Les Saisons de l’indépendance. Martin nous décrit par le menu ce par quoi il a dû passer avant de devenir un auteur confirmé, et il nous offre une nouvelle inédite dont le thème ne manquera pas d’intéresser notre cher fandom.

On trouvera aussi à ce sommaire une nouveauté : une étude du regretté Gilbert Millet sur Brian Aldiss, un auteur bien trop négligé en France de nos jours.

Et voilà. Fin du travail pour 2016. Fin du travail tout court ?

Non. La prochaine cession du Prix Le Bussy devrait bientôt s’ouvrir, et surtout il va falloir bâtir l’avenir de Géante Rouge, avec une nouvelle équipe ; du sang neuf donc, qui devrait redynamiser la petite soeur de Galaxies.

Rendez-vous l’année prochaine !

Sommaire