Editorial -

Galaxies N° 36

Galaxies N° 36 36

Avec ce numéro 36, Galaxies nouvelle série entre dans sa huitième année d’existence. Et c’est une existence qui se marque aussi par une croissance rapide de la part de l’électronique dans notre diffusion. En bâtissant notre dossier pour notre demande de renouvellement de l’aide du Centre national du Livre, nous avons pris conscience qu’en une année, la part des abonnés électroniques avait quasiment doublé, passant de 7,38 % à 12,96 %, pour un effectif total stable. C’est sans doute l’occasion d’évoquer les perspectives ouvertes par le numérique. Au-delà des réelles questions, relatives à la protection des droits de propriété intellectuelle, se posent celles de l’évolution du livre lui-même. Il y a deux mille ans, quand un libraire eut l’idée de découper en tranches un rouleau (volumen), et d’assembler ces tranches en un volume, il avait lancé une formidable révolution : il venait certes d’inventer un moyen plus pratique de lire, et d’emporter avec soi ce livre (codex), mais surtout, il venait de créer les pages, qu’on feuillette, et d’ouvrir la voie aux chapitres, aux paragraphes, aux séparations entre les mots, à la ponctuation, à la lecture silencieuse, aux index, aux colonnes de textes, aux tableaux, à la pagination, aux pages illustrées… Bref au livre que nous connaissons, et dont beaucoup d’entre nous sont aussi amoureux qu’ont dû l’être les anciens de leurs collections de rouleaux. C’est au même type de révolution que nous sommes aujourd’hui confrontés, et dans laquelle Galaxies s’est lancée avec désormais quatre formats numériques, chacune de ses éditions présentant de plus quelques bonus par rapport au papier, à commencer par la couleur… Mais il est une chose que ne modifie pas encore le livre numérique, c’est la nécessité de trouver des auteurs, et des auteurs de talent. Dans ce numéro, nous consacrons deux dossiers à ces auteurs : Laurent Whale, et Jacques Sternberg. L’un a commencé à publier en 2006, et nous avons eu le bonheur de le rencontrer dès ces prémices, pressentant déjà dans ses premiers écrits l’écrivain qui commençait à éclore. Laurent nous a accordé une longue interview, et offert une nouvelle inédite. Vous allez découvrir l’une et l’autre. 2006, c’est aussi, malheureusement, l’année où Jacques Sternberg est sorti de la scène. Jacques Sternberg, c’est cet immense auteur, plutôt inclassable, mais bourré de talent, qu’un groupe d’admirateurs fidèles s’efforce de continuer à faire connaître. Ce sont eux qui ont préparé le second dossier de cet opus, nous laissant entr’apercevoir quelques aspects de l’univers tourmenté de Jacques Sternberg, un univers qui nous a semblé s’accorder tout à fait avec celui de Jérôme Zonder, dont nous venions de découvrir l’oeuvre dans la très forte exposition/installation qui vient de lui être consacrée à la Galerie de la Maison rouge, à Paris. Jérôme Zonder a accepté de mettre à disposition de Galaxies une de ses oeuvres, que vous avez pu découvrir en couverture.

Pour la partie « articles », avec le retour confirmé de Denis Labbé, nous accueillons ce bimestre une nouvelle rubrique, consacrée à la Musique, dans ses rapports avec la SF. Thomas Bauduret et Jean-Michel Calvez viendront quatre fois par an vous aider à relier les deux univers, l’imaginaire et le musical, pour vous montrer qu’en réalité, ils n’en font qu’un. Bienvenue à eux… Mais il faut faire aussi une part à la peine. Gudule, à qui Jean-Pierre Fontana avait consacré un dossier dans le numéro 17 de Galaxies, nous a quittés, à son tour, en mai 2015. Nous avions eu plaisir à retrouver, ou pour certains à découvrir cette auteure pleine d’un humour décapant, et elle aussi bien difficile à classer, ou plutôt bien rétive aux classements. Gudule nous manque déjà. Alors, en forme d’hommage, nous avons décidé de reprendre dans la version numérique de ce numéro une courte nouvelle de science-fiction que nous avions déjà publiée dans le numéro 17 (qui était aussi un Lunatique). De quoi peut-être vous donner envie d’en lire davantage de notre Anne Duguël, puisque tel était son principal nom de plume. Sept années accomplies, 39 numéros en comptant les trois hors série, et plein de projets dans notre escarcelle : des dossiers auteurs, un roman inédit de Nathalie Henneberg, un dossier sur la SF japonaise, un numéro consacré par Andrevon aux fins du monde… Une très belle année qui s’annonce.

Bonne lecture !

Pierre Gévart

Le 19 juin 2015

Sommaire