Editorial -

Galaxies N° 18

Galaxies N° 18 18

Galaxies, vous le savez sans doute, a obtenu lors de la dernière convention européenne de science-fiction, à Zagreb, le prix de la meilleure revue européenne décerné par l’European Science Fiction Society (ESFS). C’est une récompense qui vient à point nommé pour l’équipe au moment où celle-ci s’est enrichie de sa fusion avec celle de Lunatique, nous permettant ainsi de passer à un rythme bimestriel, sans pour autant modifier le tarif de nos abonnements. C’est un Prix qui vient récompenser notre travail, notre exigence de qualité, notre ouverture aussi aux autres cultures, bref, notre faim de vous donner toujours plus et mieux de science-fiction. C’est aussi bien entendu un défi qui nous est lancé : celui de maintenir ce niveau d’excellence.

Pour les professionnels du ministère de la Défense, la science-fiction est loin d’être synonyme de « n’importe quoi ». Les auteurs de SF sont certes des écrivains de l’imaginaire, mais ce qui les caractérise est la volonté de rendre cet imaginaire vraisemblable. C’est aussi cette faculté de penser un futur non seulement possible, mais en rupture, comme d’ailleurs l’est forcément le futur. C’est à ce titre que l’armée des Etats-Unis n’avait pas manqué, durant la seconde guerre mondiale, de s’appuyer sur un certain nombre de grands auteurs du genre pour renforcer sa capacité de prévoir.

Dans le même ordre d’idée, le ministère a eu envie, cette fois autour d’un thème précis, celui du réchauffement climatique, de consulter largement le milieu des auteurs de SF. Et c’est par le moyen d’un concours et d’un appel à textes que cela fut réalisé. Parmi les dix auteurs retenus, des grands noms de la science-fiction, et de parfaits inconnus, au moins jusqu’à ce jour… A vous de les découvrir, avec leur vision du monde de 2050, en plein réchauffement climatique.

Bonne lecture !

Pierre Gévart

juin 2012

Sommaire